Hello everybody....

... "je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire.  Oh! je sais! Vous pensez : « S'il n'a rien à dire ... il ferait mieux de se taire! » 
Evidemment! Mais c´est trop facile !
Vous voudriez que je fasse comme tout ceux qui n´ont rien à dire et qui le gardent pour eux? Eh bien, non! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n´ai rien à dire, je veux qu´on le sache! Je veux en faire profiter les autres! 
....
Mais, me direz-vous, si on en parle pour ne rien dire, de quoi allons-nous parler? 
Eh bien, de rien! De rien! Car rien ... ce n´est pas rien. La preuve c´est qu´on peut le soustraire:
Exemple: Rien moins rien = moins que rien!  Si l´on peut trouver moins que rien c´est que rien vaut déjà quelque chose! 
On peut acheter quelque chose avec rien! En le multipliant :

Un fois rien ... c´est rien  , Deux fois rien ... ce n´est pas beaucoup! Mais trois fois rien! ... Pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose ... et pour pas cher! "

Et trois fois rien, c'est ce que je vais vous montrer ici : quelques pages faites au cours du mois de mai, entre deux balades:

IMG_6079

IMG_6085

IMG_6078

IMG_6086

IMG_6088

 Sans oublier "mon gros mot préféré" un des thèmes du journaling de mai, preuve qu'on devrait toujours tourner 7 fois ses doigts sur son clavier avant d'écrire quelque chose: 

10-gros mot

 Et pour que vos yeux ne se fatiguent pas, voici le texte en plus clair :  

" Réminiscence de la série FRIENDS, même si ce n'est pas celle que j'utilise le plus souvent (je reste simple: MERDE -  FAIS CHIER - cette expression reste ma préférée. 

Pourtant elle m'a valu la honte, une fois où, persuadée de communiquer sur le WEB avec un robot qui ne comprenait rien à ma demande, j'écrivis "va Fanculo" et le soit disant robot m'a pépondu " restez polie, s'il vous plaît " OUPS!!!!

"Et maintenant si nous parlions d'autre chose? 

 Parlons de la situation, tenez ! Sans préciser laquelle! Si vous le permettez, je vais faire brièvement l´historique de la situation, quelle qu´elle soit!

 Il y a quelques mois, souvenez-vous la situation pour n´être pas pire que celle d´aujourd´hui n´en était pas meilleure non plus! Déjà, nous allions vers la catastrophe et nous le savions ... Nous en étions conscients! Car il ne faudrait pas croire que les responsables d´hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d´aujourd´hui ! Oui ! La catastrophe, nous le pensions, était pour demain! C´est-à-dire qu´en fait elle devait être pour aujourd´hui! . Si mes calculs sont justes! Or, que voyons-nous aujourd´hui? Qu´elle est toujours pour demain! 

Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs: Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nous l´éviterons?

D´ailleurs je vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n´est pas capable d´assurer la catastrophe, il est possible que l´opposition s´en empare! "

Redescendons sur terre,  il est temps que je le confesse : ce texte - en vert - que j'adore, je n'en suis pas l'auteure.  Il est de Raymond Devos, qui le  jouait déjà en 1979 : étonnant, non?

Si vous préférez l'écouter en "vrai" c'est par ici : 

Raymond Devos : "Parler pour ne rien dire"

Raymond Devos , entouré des élèves du Conservatoire national du cirque, interprète "Parler pour ne rien dire". L'art du discours politique ou comment de rien dire avec emphase...

http://www.ina.fr

 

1610-Silalune_org

 

 Sur ce, je m'en vas rapporter à la Bibliothèque le livre terminé avant mon escapade ardéchoise et qui raconte le parcours, semé d'embûches,  de Fereiba et ses enfants qui ont fui l'Afghanistan dans l'espoir de trouver la liberté et la sécurité ailleurs.

Si vous avez l'occasion, vous pouvez tenter la lecture, quant à moi, je vais chercher d'autres récits du même auteure.

 

 

 

PRIVAS-mai (103)