Bonjour tout le monde,

Quand j'étais Ado, j'adorais les BD à l'eau de rose,, des histoires d'amour en noir et blanc que je n'aurais jamais osé rapporter à la maison  et que je lisais tranquillement, au retour du collège, dans une librairie tenue par une jeune dame et sa maman, qui m'avaient pris en affection.

Plus tard quand mes enfants étaient petits, les écrans étaient envahis par de nouveaux dessins animés venus du Japon. Dessins animés que  je regardais parfois avec eux ou sans eux -mais ça il ne faut pas le dire! - Si j'aimais assez Ulysse 31, je préférais sans aucun doute Candy à Goldorak ou tout autre guerrier de l'espace! 

Bref, j'ai toujours eu un penchant pour les histoires romantiques : c'est sans doute plus rassurant que la réalité qui nous entoure,, moins horrible que de se dire qu'au XXième siècle, on fait toujours commerce d'esclaves., ça permet de ne pas pêter les plombs. Mais bon, je ne lis pas que ça non plus, hein? m'arrive d'être plus mature ... quoi que ?! Allez, pour preuve, un petit extrait du roman que je viens de teminer où vous pourrez constater qu'en l'occurence ce n'est pas un parfum fleuri qui se dégage des premières pages:

" Tous les matins c'est le même rituel ...Smita prend son panier de jonc tressé, ce panier que sa mère portait avant elle et qui lui donne des haut-le-coeur rien qu'à le regarder, ce panier à l'odeur tenace, âcre et indélébile, qu'elle porte toute la journée, comme on porte une croix, un fardeau honteux. Ce panier c'est son calvaire. Une malédiction. Une punition. ...

C'est son darma, son devoir, sa place dans le monde. Un métier qui se transmet de mère en fille, depuis des générations. "Scavenger", en anglais le terme signifie "extracteur". Un mot pudique pour désigner une réalité qui ne l'est pas. Ce que fait Smita, il n'y a pas de mot pour le décrire. Elle ramasse la merde des autres, à mains nues, toute la journée. Elle avait six ans quand sa mère l'a emmenée pour la première fois. Regarde, après tu feras..."

extrait de "La tresse - de Laetitia Colombani -

C'est sûr qu'avec mes romans de gare, une vie comme celle là  je ne l'imaginais pas, même dans mes rêves les plus noirs! Smita est le 1er portrait des trois femmes qui se croisent dans ce roman,.. Alors si vous manquez d'idées pour Noël, vous pouvez toujours tenter de les rencontrer, 

Allez, revenons dans mon monde- un monde où si tout ne va pas bien, tout n'est pas si pire... et un monde où mimines et esprit peuvent s'occuper à scraper, ce qui est un privilège fort agréable,

Avant que 2017 ne se termine je voulais vous montrer toute une série d'ATC, faites pour des échanges sur coeur de scrap, sur des propositions de Marilou. Il n'y a pas longtemps que j'ai découvert cet exercice, et j 'aime assez le concept : d'abord,travailler sur un petit format -6,4x8,7cm- et surtout l'idée de ne pas garder ce que l'on fait mais déchanger avec une scropine.

Un petit café et c'est parti - je vous présente à chaque fois celle que j'ai reçue et celle que j'ai faite.):

Janvier : arbres dénudés - échange fait avec Marilou-

arbredénudés-ATC JANV

Février: technique? - échange fait avec Chrysé-

ATC_f_vrier

Mars: Arabesques - échange fait avec Garance-

Arabesque - ATC mars


Avril : sachet de thé - échange fait avec Larochoise-

sachet de thé - ATC avrli


Mai ; Corset - échange fait avec Héidi-

 

corset - ATC mai


Juin: Instrument de musique - échange fait avec Héidi-

instrument musique- ATC juin


Eté: photo de vacances - échange fait avec Pitchoune-

Photo vacances -ATC été


Septembre: Clé - échange fait avec Amélie-

Clef - ATC septembre

Octobre: Champignons - échange fait avec Amélie

Champignons-ATC octobre

 

Voilà c'est tout pour aujourd'hui, merci d'être passé par ici et d'avoir tenu jusqu'au bout de ce message.

Rendez-vous le mois prochain et en attendant je vous laisse méditer sur cette pensée profonde:

Le chocolat est notre ennemi !

Mais fuir son ennemi

C'est LÂCHE

 

 

 

 

-